Les oeuvres de Melania Avanzato et Vincent Denneulin sont des images hybrides,
mêlant la photographie argentique ou numérique et la gravure sur feuille d’or, d’argent, les interventions
pouvant tout aussi bien être dessinées à même le tirage.

        Les photographies de Melania Avanzato sont un point de vue uchronique, qui tente de
percevoir un monde hors du temps, la photographie fige, le noir et blanc efface les repères; souvent
composées en diptyques ou triptyques, elles ont un certain pouvoir narratif, associées en compositions
poétiques, les images se suivent comme les mots d'un cadavre exquis et créent un sens en dehors
de l’image elle même, qui parle à chacun : cet espace entre deux images est l’espace rêvé du regardeur,
son espace libre qu’il remplit pour unir l’ensemble.

        C’est dans ce cadre prédéfini qu’intervient Vincent Denneulin, son regard se voulant
très subjectif, et les rajouts, en gravure ou en dessin, révèlent l’esprit caché des images, leur donne
un autre relief, une autre dimension. Ce qui l’intéresse, c’est le dialogue entre le fond et la surface,
dans une recherche plastique tantôt minimale tantôt figurative selon l’écho qu’elle trouve avec l’instantané
photographique : mais que se soit des images de villes ou des figures humaines, il cherche toujours à montrer
ce qui est caché, et explore par le geste et la ligne, la nature des choses.
        Ce mouvement redéfinit totalement l’image, combinant en une seule œuvre l’œil, l’esprit et
le geste, deux regards qui donnent un relief particulier, inattendu.