Parenthèses d’Humanité //collectif Parallèle//

Nous étions tous curieux de ce que pouvait être un événement à la fois politique et musical, un rassemblement proposé par un journal, étroitement lié à un parti, une fête populaire, un paradoxe de fréquentation, un immense festival, et une tradition de plus de 80 ans désormais; et c’est sous la forme d’une résidence que nous avons découvert la fête de l’Humanité. Une première pour nous, et une première pour nos hôtes, la fédération du partie communiste Rhône-Alpes qui nous a accueilli plusieurs jours pour partager cette expérience; de la construction d’une véritable petite ville dans le parc de la Courneuve, aux rencontres inattendues et au partage des idées, à l’enthousiasme et à la boue, au bruit et à la foule, aux croisements des cultures, entre débats, musique, manèges, livres, tracts et nourriture à emporter ou à consommer sur place… dans ses rues provisoires aux noms illustres, nous avions cette parenthèse 6 jours pour naviguer entre plusieurs mondes, chercher à en définir les porosités, rendre visuellement un ensemble complexe, à la fois grave et léger, comme un funambule sur le fil d’une conversation.